Silba adipata McAlpine

Présentation      Biologie      Mode de vie      Infestation      Moyens de lutte

 


Accueil > Moyens de lute > Pose de sticks englués

 

Auteur : François DROUET
Photographies : François DROUET

(sauf indications)
Tous droits réservés 

 

 

Pose de sticks englués

 

 

 

Selon le plan suivant : principe, mise en œuvre, sélectivité, évaluation de l'efficacité.

 

PRINCIPE

 

Pendant mes premières années de lutte contre la mouche noire du Figuier, en association avec le ramassage prophylactique des figues infestées, j'ai utilisé la pose de sticks attractifs englués de couleur jaune.
 

Stick jaune avec glu et attractif alimentaire contre la mouche noire du Figuier

Stick jaune avec glu et attractif alimentaire contre la mouche noire du Figuier

Le stick est un tube creux en matière plastique de couleur jaune, recouvert de glu et qui contient un appât alimentaire en poudre destiné aux diptères (phosphate d’ammonium), dont l'odeur diffuse par trois trous situés dans le haut du tube. Il faut retenir que ce n'est pas un piège à phéromones sexuelles.

La glu utilisée est posée à chaud (150°) selon un procédé qui la rend résistante au soleil, au vent et aux intempéries.

Principe du stick : attirées par la couleur jaune du tube et par l’odeur qui s’en dégage par les trois trous du sommet, les mouches se posent sur le stick et y restent collées.

Le tube est muni à son extrémité d'un crochet souple par lequel on le fixe à une petite branche.

Sur certains modèles, l'ouverture des trous est réglable.
 

Stick jaune avec glu et appât alimentaire contre la mouche noire du Figuier : détail de la partie haute.

Stick jaune avec glu et appât alimentaire contre la mouche noire du Figuier : détail de la partie haute

 

MISE EN ŒUVRE

 

Lorsque j'utilisais les sticks englués, ma préférence s'est portée sur le stick Med Fly stick A de la marque Adolive.

Il existe des sticks de même type d'autres marques, qui peuvent être comparés à ce choix, mais ils me semblent moins pratiques : leur diamètre est plus petit (donc ils sont plus étroits et plus longs) et leurs trous, juste amorcés, doivent être percés par l'utilisateur (difficilement, dans certains cas).

Concernant l'utilisation des trous, j'ouvrais ceux-ci au maximum et ne touchais plus le réglage, compte tenu de la sévérité des attaques de Silba adipata McAlpine que je constatais sur mes figuiers.

J'anticipais de façon systématique les attaques de la mouche noire du Figuier en posant les sticks dès le début du mois de mars. Sachant que celle-ci apparaît dans mon jardin au cours des dix premiers jours de mars.

Je ne tenais pas compte de la présence ou non de figues développées, l'objectif étant de supprimer autant que possible les mouches noires du figuier présentes dans le jardin.

Je posais un stick par figuier, à environ 2 m de hauteur et à la périphérie de la frondaison, sur une partie de rameau bien dégagée par rapport aux feuilles environnantes (de façon à éviter que le stick ne se colle aux feuilles). Je l'accrochais sur la face de l'arbre exposée à l'est (parce que, selon mes observations, les mouches noires du Figuier arrivent souvent par l'est dans mon jardin).

Je renouvellais le stick lorsque sa surface était saturée, soit environ tous les mois (voire plus rapidement).
 

Mouche noire du Figuier engluée sur un stick jaune attractif

Mouche noire du Figuier engluée sur un stick jaune attractif
(les ailes ont conservé leur position caractéristique, fermées et en recouvrement)

 

Mouche noire du Figuier engluée sur un stick jaune attractif

Mouche noire du Figuier engluée sur un stick jaune attractif
(les ailes ont conservé leur position caractéristique, fermées et en recouvrement)

 

SELECTIVITE

 

Concernant la sélectivité des sticks jaunes vis à vis de la mouche noire du Figuier, j'observe qu'elle est nulle.

Toutefois, il n'y pas de prises d'abeilles au niveau des sticks. Quelques rares guêpes seulement. Des frelons sont également pris, parfois trois ou quatre simultanément, mais ils ont la force de se désengluer, même s'ils le font avec difficulté.

En sus de la mouche noire du Figuier, ce sont essentiellement d'autres mouches qui sont attrapées, parmi lesquelles des mouches des fruits telles la mouche de l'olive (Bactrocera oleae Rossi), et surtout la mouche méditerranéenne des fruits (Ceratitis capitata Wiedemann).

Lorsque le stick est chargé de mouches, il est difficile de reconnaître les mouches noires du Figuier qui sont engluées.

Si la mouche noire engluée conserve ses ailes dans leur position caractéristique (fermées et en recouvrement) et il est plus facile de l'identifier.

Mais, souvent, lorsque la mouche agonise, les ailes perdent leur position caractéristique et s'entrouvrent légèrement en restant à plat, ou s'ouvrent largement en se relevant.
 

Deux mouches noires du Figuier engluées sur un stick jaune attractif.

Deux mouches noires du Figuier engluées sur un stick jaune attractif
(en haut, au milieu, avec les ailes entrouvertes ; en bas, à droite, avec les ailes grand ouvertes et relevées)

 

Deux mouches noires du Figuier engluées sur un stick jaune attractif.

Deux mouches noires du Figuier engluées sur un stick jaune attractif
(en haut, à gauche, avec les ailes entrouvertes ; en bas, à droite, avec les ailes grand ouvertes et relevées)

 

EVALUATION DE L'EFFICACITE

 

Il faut considérer deux cas : les mouches de la figue (mâles et femelles) en activité de nutrition, et les femelles en besoin de ponte.

Lorsqu'un stick jaune est posé sur un figuier, je constate que des mouches de la figue s'engluent dessus, mais que cela n'empêche pas la présence permanente sur le figuier d'une ou plusieurs autres mouches de la figue qui se nourrissent sur le revers des feuilles, sur des points de suintement de latex, ou sur des figues mûres, sans prêter attention au stick qui ne les attire nullement.

J'ai aussi maintes fois observé une mouche noire du Figuier se nourrir longuement sur une figue située à 20 cm d'un stick jaune, puis la quitter sans être attirée par le stick.

Pour les femelles de Silba adipata McAlpine en besoin de ponte, la protection des figues immatures par les sticks jaunes englués est nulle. Mais c'est le cas pour tous les dispositifs de piègeage avec attractifs alimentaires (comme, par exemple, les pièges McPhail appâtés au phosphate diammonique ou au sulfate d'ammonium).

En effet, selon mes observations, une femelle en besoin de ponte qui arrive sur un figuier se met immédiatement à pondre dans une figue immature, puis enchaîne sur une séquence de pontes successives pouvant concerner jusqu'à vingt figues, sans interruptions, en restant exclusivement concentrée sur la ponte (et en n'étant intéressée par aucune source d'alimentation, quelle qu'elle soit). Et elle quitte le figuier une fois sa séquence de pontes terminée.

Je n'ai pas réalisé des mesures détaillées et rigoureuses du degré d'efficacité des sticks jaunes, mais je constate que j'obtiens des résultats très insuffisants (pertes de récolte variant de 40 à 98 %, selon les variétés de figues...).

En conclusion, je considère le stick jaune englué avec attractif alimentaire comme un moyen permettant de limiter la pression de Silba adipata McAlpine, mais en aucun cas de protéger de façon satisfaisante la fructification d'un figuier contre ce ravageur.

Depuis quelques années, pour la lutte contre Silba adipata McAlpine, j'ai remplacé la pose de sticks jaunes englués sur mes figuiers par celle de pièges McPhail appâtés avec une solution aqueuse de sulphate d'ammonium à 4 % (40 g/l), qui sont d'une plus grande efficacité - tout en ne constituant eux-aussi qu'un moyen de limiter la pression du ravageur.
 

Mouche noire du Figuier collée sur un tube jaune englué.

Mouche noire du Figuier collée sur un tube jaune englué.

 

Mouche noire du Figuier collée sur un tube jaune englué.

Mouche noire du Figuier collée sur un tube jaune englué.
 

Le stick jaune englué a été conçu pour lutter contre Ceratitis capitata Wiedemann, et c'est dans cette utilisation qu'il vaut mieux le mettre en œuvre.

En effet, Ceratitis capitata Wiedemann attaque régulièrement les figues mûres ou proches de l'être (et même des figues immatures commençant juste à perdre leur dureté).

D'autre part, si ses attaques sur mes Kakis n'ont pas de grosses conséquences sur la comestibilité des fruits (une fois les zones noires contenant les larves éliminées), il n'en est pas de même avec mes feijoas et mes figuiers de Barbarie sur lesquels elle provoque certaines années des pertes de fruits. 

Je puis rapporter deux observations d'efficacité redoutable, mais avec la mouche méditerranéenne des fruits (cératite, Ceratitis capitata Wiedemann) et pour des sticks jaunes venant tout juste d'être posés. 

En août 2015, une heure après la pose d'un stick jaune sur un Kaki que je savais infesté par 6 mouches méditerranéennes des fruits, 5 d'entre elles étaient déjà collées sur le stick encore presque vierge d'autres mouches.

En septembre 2016, j'ai observé que les fruits du même Kaki étaient fortement attaqués par de nombreuses cératites. Le stick jaune pendu dans l'arbre était assez chargé d'insectes morts, mais pas saturé. J'ai décidé de le changer en fin de journée. En fin de la journée suivante, j'ai examiné le stick et j'ai constaté que 18 cératites étaient collées dessus (photographies ci-dessous).
 

Mouches méditerranéennes des fruits (Cératites, Ceratitis capitata Wiedemann) engluées sur stick jaune

Mouches méditerranéennes des fruits (Cératites, Ceratitis capitata Wiedemann) engluées sur stick jaune

 

Mouches méditerranéennes des fruits (Cératites, Ceratitis capitata Wiedemann) engluées sur stick jaune

Mouches méditerranéennes des fruits (Cératites, Ceratitis capitata Wiedemann) engluées sur stick jaune

A contrario, j'ai remarqué plusieurs fois des cératites pondant ou se nourrissant sur des figues très proches du stick jaune englué, sans prêter attention à celui-ci.

Depuis quelques années, pour la lutte contre la mouche méditerranéenne des fruits (Ceratitis capitata Wiedemann), j'ai remplacé la pose de sticks jaunes englués sur mes figuiers par celle de pièges McPhail appâtés avec une solution aqueuse de phosphate diammonique à 4 % (40 g/l), qui donnent de meilleurs résultats.

 

 

Retour au début de la page Début page   Retour au sommaire Sommaire