Silba adipata McAlpine

Présentation      Biologie      Mode de vie      Infestation      Moyens de lutte

 


Accueil > Moyens de lutte > L'obturation de l'ostiole (principe, modalités)

 

Auteur : François DROUET
Photographies : François DROUET

(sauf indications)
Tous droits réservés 

 

 

L'obturation de l'ostiole

 

Principe, modalités

 

 

 

J'ai pensé à ce procédé au cours de mes longues heures de traque photographique au pied des figuiers.

Il concerne la culture du figuier par les amateurs. Pour les professionnels, il semble engendrer un coût de main d'oeuvre prohibitif, mais je laisse y réfléchir les plus concernés d'entre eux, notamment ceux qui pratiquent la culture en mode biologique.

Plan du présent chapitre : principe, temps de traitement, décision de deux expérimentations, spécifications et commande des pastilles autocollantes.

 

PRINCIPE

 

Il s'agit de boucher l'ostiole pour éviter que la mouche noire du Figuier ne puisse y pondre.

Le procédé auquel j'ai songé est la pastille autocollante en plastique à poser sur l'ostiole des figues immatures proches de la taille critique pour la ponte.

D'autres procédés d'obturation de l'ostiole peuvent être imaginés, par exemple l'utilisation de colle ou de cire certifiées pour l'usage alimentaire à déposer sur l'ostiole. Le cas échéant avec un pistolet du type de celui qui existe pour les joints de carrelage, mais pouvant se tenir d'une seule main. Je pense qu'ils seraient plus rapides que la pose de pastilles autocollantes.

Concernant la lutte contre les mouches par l'obturation de l'ostiole, il faut être conscient que si l'efficacité de ce procédé pourrait être totale contre Silba adipata McAlpine, qui ne pond que dans l'ostiole, il n'en serait pas de même avec Ceratitis capitata Wiedemann. Cette dernière pond dans l'ostiole, mais aussi et principalement dans l'infrutescence à travers l'épiderme de la figue.

Par contre, le procédé serait également totalement efficace contre la mouche africaine de la figue (Zaprionus indianus Gupta), signalé en France métropolitaine pour la première fois en janvier 2016. Cette drosophile ne pond que dans l'ostiole si la figue est saine car son ovipositeur n'est pas assez puissant pour entamer la peau de la figue.

En tout état de cause, j'ai décidé d'expérimenter le procédé avec des pastilles autocollantes utilisées pour le marquage commercial individuel des fruits et certifiées conformes à la réglementation européenne "Contact alimentaire direct".

Je vais pouvoir également déterminer si l'obturation de l'ostiole est néfaste au développement ou à la qualité de la figue, ce que j'ignore avant mon expérimentation.

 

TEMPS DE TRAITEMENT

 

La première idée qui vient à l'esprit en entendant "obturation de l'ostiole" est qu'il s'agit d'un travail gigantesque, difficile à mettre en oeuvre.

C'est vraisemblablement le cas pour les professionnels, mais je pense qu'il n'en est rien pour les amateurs.

J'ai l'habitude d'examiner la totalité des figues une à une sur mes touffes de figuier pour repérer la présence éventuelle des trois principales espèces de mouches qui sévissent. Et cela n'a rien d'interminable.

Il est vrai que mes arbres sont conduits en touffe ou en gobelet très ouvert de 3 m de hauteur et que je circule assez rapidement autour de la touffe ou du gobelet.

Considérons un figuier portant 500 figues, ce qui est déjà une récolte très satisfaisante pour un amateur si tous les fruits sont sains.

La meilleure configuration est le figuier conduit de façon à ce que tous les fruits soient accessibles à partir du sol, soit directement, soit en tirant vers soi les rameaux souples avec l'instrument traditionnel du sud, un crochet de fer fixé au bout d'une canne de Provence.

Dans le cas où le figuier est conduit sur tronc en hauteur, on peut choisir de ne traiter que les figues situées entre le sol et la hauteur de 3 m.

Je prends pour hypothèse et pour objectif un temps global moyen d'obturation de l'ostiole de 30 secondes (déplacements autour et au sein de la touffe, manipulations des rameaux, pose d'une étiquette autocollante sur l'ostiole).

Dans cette hypothèse, je traite les 500 figues en 15.000 secondes, soit 4 h 10 mn.

Ce temps de travail apparaît tout à fait acceptable à tout amateur qui souhaite sauver sa récolte de la mouche de la figue...

Et je pense que s'il vise une récolte encore plus importante, il consacrera volontiers 8 h 20 mn de travail à la sauvegarde de 1.000 figues.

Naturellement, compte tenu du mode de fructification du figuier, le temps de travail est à répartir sur plusieurs interventions au fur et à mesure de l'accroissement du nombre de fruits, mais il n'en est pas augmenté pour autant.

Dans le cadre de mes expérimentations, je vais pouvoir évaluer précisément le temps moyen de pose sur l'ostiole d'une pastille autocollante et le comparer au temps de 30 secondes que je me fixe comme objectif.

 

DECISION DE DEUX EXPERIMENTATIONS

 

J'ai décidé de conduire en 2017 deux expérimentations successives.

Expérimentation 1 : un chantier de test, pour m'entraîner et définir un mode opératoire, à mener sur une centaine de figues fleurs d'un arbre de la variété 'Grise de la Saint-Jean' âgé de 15 ans et conduit sur tronc.

Expérimentation 2 : un essai complet pour évaluer l'efficacité de l'obturation de l'ostiole, à mener sur la totalité de la fructification d'une touffe de la variété unifère 'Bellone', âgée de 20 ans et produisant régulièrement 400 à 500 figues au cours de la saison.

Dans les deux cas, en obturant l'ostiole des figues immatures par une pastille autocollante dès que celles-ci sont proches de la taille critique pour l'attaque de Silba adipata McAlpine.

Sachant qu'avant de lancer ces deux expérimentations, il convient de procéder aux spécifications et à la commande des pastilles autocollantes.

 

SPECIFICATIONS DES PASTILLES AUTOCOLLANTES

 

Selon mes mesures, le diamètre d'un ostiole est de l'ordre de 2 mm (petite figue immature) à 4 mm (figue mûre). Si l'on ne considère que l'ostiole, un diamètre de 5 mm paraît donc suffisant pour que la pastille obture celui-ci au stade de la petite figue immature et le laisse obturé à maturité.

Toutefois, si l'expérimentation montre que la pastille autocollante doit avoir une certaine emprise sur la partie plane du sommet de la figue pour une adhérence durable, le diamètre doit être augmenté de façon importante et satisfaire à une dimension à évaluer par des mesures précises.

La couleur verte pour la pastille à poser aurait l'avantage de l'esthétique, mais il faut tester si elle permet de repérer facilement les figues dont l'ostiole est déjà obturé. Si ce n'est pas le cas, il conviendra d'opter in fine pour des étiquettes d'une couleur qui tranche avec le feuillage et les figues (tel le rouge...).

Il convient d'éviter le papier, la pastille devant supporter les conditions en extérieur. Elle doit donc être en plastique.

S'agissant d'une pose sur fruit, la pastille autocollante doit être certifiée "Contact alimentaire direct", c'est à dire respecter la législation de l'Union Européenne en matière d'emballages et d'étiquettes en contact direct avec les aliments.

 

COMMANDE DES PASTILLES AUTOCOLLANTES

 

J'ai donc procédé à la recherche de fabricants de pastilles autocollantes répondant aux critères précités. Ces pastilles sont dénommées dans le commerce "étiquettes adhésives contact alimentaire direct".

Les fournisseurs sont assez nombreux, mais difficiles à trouver car ils n'apparaissent dans les résultats des moteurs de recherches que si l'on précise " contact alimentaire direct". Si on ne le fait pas, les résultats ne font apparaître que les étiquettes adhésives pour usage courant et les gommettes pour enfants.

J'ai trouvé un fabricant en Italie et plusieurs en France, sachant qu'en France il existe quelques revendeurs qui ne sont pas fabricants.

Les fournisseurs français proposent tous le même produit, avec des prix très proches : support polyester transparent à personnaliser par un fond et un dessin et/ou une inscription ; adhésif permanent certifié conforme aux normes européennes "Contact alimentaire direct" ; étiquettes annoncées pour aliments secs ou humides, mais non gras ; certains précisent que ces étiquettes conviennent pour des surfaces velues ou non lisses.

Le fabriquant italien n'indiquant pas de prix mais proposant des possibilités plus étendues pour le choix des matériaux constitutifs des pastilles autocollantes, j'ai opté pour la consultation par courriel de celui-ci.

Le commercial qui a pris très rapidement contact avec moi et auquel j'ai exposé en détails mes objectifs m'a proposé : support polypropylène blanc personnalisable avec adhésif acrylique certifié conforme aux normes "Contact alimentaire direct".

Le 23 mars 2017, j'ai donné mon accord à une proposition commerciale accompagnée d'un certificat de conformité du produit à la réglementation européenne "Contact alimentaire direct" et d'une fiche technique.

Cette dernière indique que le support est constitué de polypropylène blanc et que l'adhésif acrylique est conforme aux directives et à la législation européenne en matière d'aliments FDA 175.105, ainsi qu'aux recommandations allemandes BfR nr. XXI (Bundesintitut für Risikobewertung). La fiche précise que l'adhésif satisfait aussi les exigences de valeurs limites fixées dans le règlement 10/2011/EU et à la dernière version du règlement UE 1416/2016.

La fiche technique assure que l'étiquette est ainsi certifiée pour le contact direct avec des aliments et précise que ceux-ci peuvent être secs ou humides, mais qu'ils ne doivent pas être gras.

L'entreprise s'est montrée étonnamment procédurière pour la commande, le paiement et la facturation, mais la fabrication a été rapide. La livraison (origine Italie) a eu lieu le 7 avril suivant, soit 2 semaines après mon accord sur la proposition commerciale.

Pour un rouleau commandé de 1.000 étiquettes (et livré avec 1.500 étiquettes, geste commercial...), le coût a été de 201,30 euros TTC, port compris. Ce prix est nettement plus élevé que celui d'étiquettes adhésives en vinyle qui ne sont pas certifiées "Contact alimentaire direct".

Si l'on estime que les pertes d'étiquettes autocollantes consécutives aux difficultés de manipulation et de pose est de l'ordre de 5 % (1 étiquette sur 20), le rouleau acheté permet d'obturer l'ostiole de 1425 figues. Soit un coût par figue d'environ 14 centimes.

Bien évidemment, ce coût va chuter considérablement si le nombre de rouleaux est acheté en gros.

Les dimensions du rouleau de pastilles autocollantes (8 cm de diamètre intérieur et 4,5 cm de largeur) le rendent tout à fait manipulable et il est bien adapté à l'opération de pose sur figues.

Rouleau de 1500 pastilles autocollantes pour l'obturation de l'ostiole

Rouleau de 1500 pastilles autocollantes pour l'obturation de l'ostiole
(8 cm de diamètre ; comparer l'encombrement du rouleau avec la taille du sécateur)

Le rouleau présente 4 lignes parallèles de pastilles autocollantes de 8 mm de diamètre ; ce diamètre est supérieur à celui que je souhaitais (5 mm), mais c'était le diamètre le plus petit proposé par le fabricant.

Rouleau de 1500 pastilles autocollantes pour l'obturation de l'ostiole

Rouleau de 1500 pastilles autocollantes pour l'obturation de l'ostiole
(4 lignes de pastilles de 8 mm de diamètre ; couleur verte)

 

J'ai pu mener à bien les deux expérimentations prévues (chantier de test et essai complet) et je présente celles-ci dans deux chapitres du site (voir expérimentations 1 et 2).

 

 

Retour au début de la page Début page   Retour au sommaire Sommaire