Silba adipata McAlpine

Présentation      Biologie      Mode de vie      Infestation      Moyens de lutte

 


Accueil > Moyens de lutte > Utilisation d'un répulsif

 

Auteur : François DROUET
Photographies : François DROUET

(sauf indications)
Tous droits réservés 

 

 

Utilisation d'un répulsif

 

 

 

On peut imaginer que le répulsif anti-mouches soit diffusé à partir de tubes ou plaquettes suspendus au figuier, ou qu'il soit déposé sur chacune des figues (vaporisateur, gel, pastille autocollante diffusant le répulsif...).

Le dépôt d'un répulsif sur chacune des figues, à n'importe quel endroit de celle-ci, dès qu'elle a un diamètre de 1 cm (diamètre de la plus petite figue pour laquelle j'ai observé une ponte : 1,1 cm) serait plus rapide que l'obturation de l'ostiole ou l'ensachage individuel des figues, qui exigent plus de minutie.

Les problématiques connexes sont bien entendu l'absence de toxicité alimentaire et la non dénaturation de la figue (aspect, goût, odeur).

Ce procédé serait utilisable en culture d'amateur.

Il conviendrait de tester le délai d'efficience requis pour le répulsif avec une seule application. Trois semaines, si l'on veut couvrir uniquement la phase d'attaques intenses de Silba adipata McAlpine dans la saison sur un figuier donné (voir modèle d'attaque de l'espèce). A condition que les attaques intenses ne soit pas simplement décalées par l'action du répulsif, et qu'elles ne se produisent donc pas après l'arrêt de l'efficience de celui-ci (ce qui est à tester...). Si l'on doit couvrir le délai d'atteinte de la maturité, le délai d'efficience requis devient alors un mois et demi à deux mois, selon la variété (jusqu'à trois mois pour les figues fleurs).

Bien évidemment, l'idéal serait que le même répulsif soit également efficient contre Ceratitis capitata Wiedemann, voire Drosophila suzukii Matsumura, mais le délai d'efficience requis augmenterait alors de 3 semaines à un mois et demi (durée de la récolte de la totalité des figues de l'arbre, variable selon les variétés).

Des expérimentations réalisées par l'université de Californie (Riverside) ont montré que le butyl anthranilate (d'odeur agréable et classé inoffensif pour la consommation humaine) s'avère être un répulsif très efficace contre Drosophila suzukii Matsumura.

Référence : KRAUSE PHAM C., RAY A., 2015, Conservation of olfactory avoidance in Drosophila species and identification of repellents for Drosophila suzukii, Scientific Reports 5, 11527.

Mais je n'ai pas trouvé de documentation faisant état d'existence de répulsifs contre Silba adipata McAlpine.

 

 

Retour au début de la page Début page   Retour au sommaire Moyens de lutte