Silba adipata McAlpine

Présentation      Biologie      Mode de vie      Infestation      Moyens de lutte

 


Accueil > Moyens de lutte > Lutte biologique

 

Auteur : François DROUET
Photographies : François DROUET

(sauf indications)
Tous droits réservés 

 

 

Lutte biologique

 

 

 

Il serait intéressant de disposer de parasitoïdes ou de prédateurs pour lutter contre Silba adipata McAlpine à certains stades de son cycle de vie.

Je rapporte ci-après les rares observations sur ce sujet, mais, à la date de dernière modification du présent chapitre (18 août 2020), il n'a été identifié aucune espèce susceptible de produire des résultats suffisamment importants pour enrayer l'action dévastatrice sur les figues immatures de Silba adipata McAlpine.

 

OBSERVATIONS DE F. SILVESTRI

Au cours de son étude de la mouche noire du Figuier, Filippo SILVESTRI a observé que celle-ci est parasitée par un hyménoptère dont le nom est Pachyneuron vindemmiae Rondani.

Référence : SILVESTRI F., 1917, Sulla Lonchaea aristella Beck. (Diptera : Lonchaeidae) dannosa alle infiorescenze e fruttescenze del caprifico e del fico, Bollettino del Laboratorio di Zoologia Agraria in Portici, vol.12, pp. 123 -146.

Il précise que cet hyménoptère parasite également la mouche du vinaigre (Drosophila melanogaster Meingen, qu'il désigne par le synonyme Drosophila ampelophila Loew).

Il s'agit d'un très petit insecte vert obscur, presque noir, dont le corps mesure 2 mm de long et 0,6 mm de largeur au thorax (voir la description).

Pachyneuron vindemmiae Rondani, individu femelle

Pachyneuron vindemmiae Rondani, individu femelle
(crédit : F. SILVESTRI)

F. SILVESTRI indique qu'il a observé ce parasitoïde seulement dans des pupes trouvées dans les localités de Portici et de Resina, alors qu'il a examiné des milliers d'oeufs, de larves et de pupes récoltés dans les provinces de Naples, de Salerno et de Lecce, ainsi que plus de mille pupes reçues de Tripoli.

F. SILVESTRI indique que la femelle de Pachyneuron vindemmiae Rond. recherche les pupes de la mouche noire du Figuier qui se trouvent en surface entre les fruits tombés ou à faible profondeur et pond un oeuf à l'intérieur de la pupe, sur la nymphe.

La larve issue de cet oeuf se nourrit de la nymphe de la mouche noire du Figuier, et, après s'être complètement développée, se transforme en pupe à l'intérieur de la pupe de celle-ci.

Puis, le Pachyneuron adulte sort de sa pupe et de celle de la mouche noire du Figuier en perçant un trou avec ses mandibules.

Le développement complet du parasitoïde, de l'oeuf à l'adulte, prend 15 jours en été et de 16 à 23 jours de septembre à novembre.

Toutefois, compte tenu que les pontes du parasitoïde s'effectuent uniquement dans des pupes à découvert ou peu cachées, F. SILVESTRI juge que Pachyneuron vindemmiae Rond. est d'un apport négligeable dans la lutte contre la mouche noire du Figuier.

Il ne connaît à cette dernière aucun autre ennemi spécifique, y compris d'éventuels bactéries ou champignons.

Il note simplement que le blastophage peut être considéré au niveau du caprifiguier comme un ennemi indirect de la mouche noire du Figuier.

Le blastophage étant à l'origine de la transformation des fleurs en galles qui remplissent complètement la cavité centrale de la figue, ce qui empêche les jeunes larves qui s'y trouvent de se mouvoir et provoque leur mort.

 

OBSERVATIONS DE B. I. KATSOYANNOS

J'ai trouvé une référence plus récente relative au parasitoïde décrit ci-dessus.

B. I. KATSOYANNOS, en 1981 et 1982, a étudié des populations importantes de mouches noires du Figuier dans l'île de Chios (Grèce).

Il rapporte qu'une seule fois, le 27 septembre 1981, parmi 70 pupes ramassées dans l'île, 45 pupes ont produit un individu de Silba adipata McAlpine et 8 pupes un individu d'une espèce parasitoïde, Pachycrepoideus vindemmiae Rondani (synonyme de Pachyneuron vindemmiae Rondani).

Référence : KATSOYANNOS B. I., 1983, Field observations on the biology and behavior of the black fig fly Silba adipata McAlpine (Diptera, Lonchaeidae), and trapping experiments, Z. ang. Entomol. 95, pp. 471-476.

 

OBSERVATIONS DE E. TUTMUS

Dans sa thèse relative à Silba adipata McAlpine, soutenue en 2013 à l'université d'Aydin (Turquie), Esref TUTMUS fournit en page 32, § 4.5, quelques indications relatives aux ennemis de Silba adipata McAlpine.

En 2011, aucun ennemi naturel de Silba adipata McAlpine n'a été repéré dans les figues.

En 2012, des hyménoptères parasitoïdes et des fourmis prédatrices ont été trouvés. Mais l'auteur ne fournit aucun détail, mentionnant simplement qu'une phase d'identification est en cours.

Référence : TUTMUS E., 2013, thèse de l'université Adnan MENDERES - Aydin (Turquie), Aydin ili incir bahçelerinde Silba adipata McAlpine (=Lonchaea aristella Becker) (Diptera: Lonchaeidae)'nin yayilisi, popülasyon degisimi ve zarar oraninin belirlenmesi, 44 p.

 

AUTRE REFERENCE

J. H. GILIOMEE et al. indiquent qu'en Afrique du Sud, où Silba adipata McAlpine a été identifiée en 2006 et 2007, aucun parasitoïde n'a été observé pour l'espèce.

Référence : GILIOMEE J. H., E. VENTER E., WOHLFARTER M., 2007, Mediterranean black fig fly, Silba adipata McAlpine (Diptera: Lonchaeidae), recorded from South Africa, African Entomology 15(2), pp. 383-384.

 

LES FOURMIS : PREDATEURS D'ACTION LIMITEE

Selon diverses observations, dont les miennes, les fourmis sont à considérer comme des prédateurs de Silba adipata McAlpine car elles s'en prennent aux œufs et aux larves de celle-ci.

Doit-on les considérer comme des régulateurs des populations de l'espèce ?

Certainement, mais malheureusement de façon très limitée car les pourcentages d'œufs ou de larves de Silba adipata McAlpine supprimés par les fourmis sont faibles.

 

 

Retour début page Début page   Retour au sommaire Sommaire